Une question essentielle

Quelle convergence entre l’ascète yogi tibétain Milarepa et Madame Guyon, la grande mystique chrétienne ? entre Ramana Maharshi et le célèbre soufi Al-Hallâj ? Quel dénominateur commun à ces êtres hors de l’ordinaire qui, de façons apparemment tellement différentes, ont gravi les échelons menant à la réalisation ultime ? Ne s’agit-il pas d’une question de la plus haute importance ? s’interroger sur ce qu’est le cœur d’une pratique ?

: La contemplation

La contemplation est une bataille. Dès que vous commencez à méditer, les pensées vous envahissent et menacent d’engloutir celle qui fait l’objet de votre méditation. Cette dernière doit être renforcée par une pratique répétée. C’est un combat auquel on ne peut échapper. La paix intérieure naît de la contemplation, quand les pensées ont disparu.
Quand on en a pris l’habitude, on ne peut plus se passer de la méditation. Il faut en faire une habitude profondément enracinée ; elle doit devenir naturelle.
Il est nécessaire de pratiquer fréquemment et régulièrement la méditation jusqu’à ce que l’état obtenu se stabilise et se prolonge au cours de la journée. Méditez !
Tant que le Soi n’est pas totalement réalisé, la bataille intérieure fait rage
La grâce n’est dispensée qu’au disciple ou au yogi qui a fourni un effort constant.
– extraits de IMMORTELLE CONSCIENCE – Propos recueillis par Paul Brunton,
Ramana Maharshi

Theodore Monod : A force de vivre au jour le jour

« À force de vivre au jour le jour sans jamais avoir eu l’héroïsme de décider à partir de tel moment, je me consacrerai totalement, on arrive à la fin de sa vie sans avoir rien fait. »

Edouard Salim Michael : Le mental

»Si l’on veut connaître l’ennemi en soi, il suffit d’étudier le mental et le déroulement machinal de ses pensées. Un aspirant sincère ne pourra manquer de constater à quel point il est habité par toutes sortes de bavardages intérieurs futiles ou nuisibles, ainsi que par un interminable cortège de pensées sans valeur, négatives ou même destructrices, outre toutes les ruses que son mental peut élaborer pour le détourner de son but.
Il peut ainsi lui suggérer que ce voyage spirituel est trop difficile et trop ingrat, ou encore que, en raison de problèmes de santé ou d’un travail important qui l’attend, ce n’est pas la peine d’entreprendre ses pratiques spirituelles dans l’immédiat et qu’il est préférable de les remettre à plus tard, car le moment favorable n’est pas encore arrivé pour se lancer dans une telle aventure !
Le chercheur doit réaliser que l’heure propice ne viendra jamais ; il trouvera toujours de bonnes excuses pour reporter à plus tard l’effort qu’il doit fournir dans l’instant présent.  »

Paroles du Bouddha : Udana Sutta

Il existe, ô disciples, une sphère sans terre ni eau ni chaleur ni air, car elle est au delà du domaine de la matière . Ce n’est pas la sphère de l’espace infini ou de la pensée infinie, car elle est au delà du mental). Ce n’est pas une condition de néant ni l’état de ce monde ou d’un autre monde, ni soleil ni lune, c’est l’Incréé.
Cette condition, je l’appelle ni apparition ni disparition, ni naissance, ni mort. Elle est sans forme et sans changement. C’est l’Eternel qui jamais ne naît et jamais ne meurt. La trouver, c’est la fin de la souffrance.

Il y a, ô disciples, un non-né non-créé, non-formé et inconditionné. S’il n’y avait pas ce non-né, non-créé, non-formé et inconditionné, il n’y aurait pas transcendance du monde pour ce qui est né, créé, formé et conditionné.
Mais puisque, ô disciples, il y a le non-né, non-créé, non-formé et inconditionné, il peut y avoir transcendance pour ce qui est né, créé, formé, et conditionné.

Parole du Bouddha Udana Sutta

Therese d’Avila : Si j’avais compris

» Si j’avais compris, ainsi que je le sais maintenant, que le tout petit palais de mon âme contenait un si grand Roi, je ne l’y aurais pas laissé si souvent seul, j’y serais restée de temps en temps avec lui, et, de plus, j’aurais fait l’effort de tenir sa maison moins malpropre. »

Therese D’avila

L Van Beethoven : Ce qui lui permet de grandir

Après la disparition de Beethoven, on a trouvé sur sa table cette étonnante prière :

« Mon Dieu, ne te lasse pas de me pousser à me perfectionner. »

 

« Ce qui permet à Beethoven de grandir, d’utiliser les obstacles mêmes, et de les vaincre pour l’essentiel, c’est qu’il croit à la volonté. Beethoven est non seulement un homme dont la volonté s’affirme à chaque instant au plus haut degré, mais un homme pour qui la volonté est le premier facteur, et peut-être le principal intérêt de la vie. (..)
Pour lui, la lutte est la donnée fondamentale de la vie, et le héros est celui qui, acceptant cette donnée fondamentale, assume le combat de la vie jusqu’à la victoire. Cette victoire n’est pas nécessairement le succès, l’obtention du but proposé, mais de n’avoir jamais renoncé au combat ni reculé dans la bataille. »
Jean et Brigitte Massin : Ludwig van Beethoven

 

« C’est là justement une tendance du Destin que de pétrir en des formes tragiques la vie des grands hommes. Il essaie le meilleur de ses forces sur les plus robustes, dresse en face de leurs projets l’absurdité des contingences, influe sur leur destinée par de mystérieuses allégories, leur barre la route afin de les rendre forts où il faut qu’ils le soient. »
Stefan Sweig

La Méditation Bouddhique Jean Pierre Schnetzler

« On se donne des excuses, le manque de temps en particulier est souvent invoqué, prétexte qui ne résiste pas à l’examen car un choix judicieux éliminerait au profit de la méditation quantité d’activités secondaires, parasites ou inutiles, si l’on voulait bien.
Activités qu’à la réflexion, on juge bien telles … mais qu’on continue cependant à pratiquer.

Et l’on voit ainsi des personnes correctement informées sur le Bouddhisme, qui savent fort bien la nécessité d’unir la moralité, la sagesse et la méditation, observent de façon suffisante les règles d’un comportement juste, cultivent leur intelligence par la lecture des textes et cependant s’abstiennent soigneusement de pratiquer la méditation ».

Jean Pierre Schnetzler 
La méditation bouddhique p. 65

Le trésor le plus précieux – Edouard Salim Michael

« Derrière tous les chagrins de la vie existentielle, derrière tous ses soucis, derrière tous ses mouvements et changements incessants, derrière toutes ses souffrances morales et physiques, il existe une Réalité Immuable.

Connaître cette Réalité avant que les brumes de la mort descendent sur lui et mettent fin à sa vie, constitue le trésor le plus précieux qu’un être humain puisse jamais trouver.

Un seul instant imprégné de cette Réalité, un seul moment vécu dans cette Réalité, une seule seconde où la conscience du chercheur a touché ne serait-ce que la frange de cette Réalité vaut plus que tous les plaisirs et toutes les richesses de ce monde multipliés par mille fois mille — même si ces plaisirs et ces richesses pouvaient durer une éternité ! »

Edouard Salim MICHAEL 
La quète Supreme chap 4

 

L’histoire de L’univers

Ainsi on peut résumer l’histoire de l’Univers actuellement : à l’âge de 10 – 43 seconde , l’Univers avait un diamètre de 10 – 33 cm et une température de 10 32 degrés.
Toute l’énergie qui existe aujourd’hui dans l’Univers était déjà présente dans ce point minuscule, rien n’ayant été ‘’ajouté‘’ depuis.
Jean Staune 
Notre existence a-t-elle un sens ? p 145

 


« Saches le bien, Je suis ici en ce monde et partout, Je supporte cet univers entier avec une partie infinitésimale de Moi- même.
Par Moi tout cet Univers a été étendu dans l’ineffable mystère de mon Etre  »
Bhagavad Gitâ Chp 10, 42 & 9 , 4

 

 

»Tout comme l’eau qui s’évapore quand on la chauffe, et dont les composants ne disparaissent jamais, mais se retrouvent transmutés en une substance plus fine et plus raréfiée, ainsi en est-il avec le moi ordinaire du chercheur après qu’il soit passé par les feux invisibles de l’Alchimie Divine.
Il n’y a pas de perte réelle pour lui dans ce creuset divin, comme on pourrait ordinairement le supposer, mais seulement sa transformation en quelque chose de plus éthéré et de plus subtil.
Même au niveau de l’existence manifestée, tout ce qui se déroule en ce domaine n’est rien d’autre qu’une mystérieuse et continuelle transmutation d’une forme de vie ou d’un élément en un autre. Rien ne peut disparaître ni cesser d’exister dans l’Univers.
D’ailleurs, où cela pourrait-il aller ?  »
Edouard Salim Michael 
La Voie de la Vigilance Intérieure Chp 25

Essayer de s’approcher de Ram – Swami Ramdas

Essayer de s’approcher de Ram et de Le comprendre, c’est se retirer du monde des formes évanescentes, car Ram est la seule réalité.
Ram est la puissance mystérieuse et subtile qui pénètre et soutient l’Univers tout entier. Il n’a ni naissance ni mort. Il est présent dans toutes choses et dans toutes créatures, qui n’apparaissent comme entités séparées que grâce à leurs formes toujours changeantes.
Se libérer de cette illusion des formes, c’est réaliser immédiatement l’Unité, l’Amour de Ram.

L’amour de Ram, c’est l’amour de tous les êtres, de toutes les créatures, de toute vie, de tout ce qui est en ce monde, car Ram est en tout, tout est en Lui, et Il est tout en tous.

Swami Ramdas – 
Carnet de pèlerinage p17