Hubert Reeves : Poussieres d’étoiles

Reconnaissons que nous sommes amenés ici à une vision du monde bien étonnante. Un univers qui prend conscience de lui-même.
Il nous a suffi de juxtaposer les enseignements des sciences.
La biologie nous apprend que l’humain est le produit d’une longue évolution animale à partir de la cellule.
La biochimie rend très vraisemblable l’idée que la cellule est le fruit d’une chaîne de réactions chimiques à partir de quelques molécules simples.
L’astrophysique nous montre comment ces molécules se sont formées dans l’espace à partir de noyaux atomiques engendrés dans les creusets stellaires. Elle nous amène aussi à l’image d’une explosion initiale à l’échelle de tout l’univers dans laquelle les quarks sont combinés en protons et neutrons, ensuite soudés en noyaux au sein des étoiles.

C’est Pascal qui serait étonné d’apprendre à quel point ces «espaces infinis» le concernent!

À la phrase de Claude Lévi-Strauss, « L’univers est né sans l’humain et mourra sans l’humain », je préfère celle du physicien Freeman Dyson : «L’univers savait, quelque part, que l’humain allait venir ».

Hubert Reeves Poussières d’étoiles

Cette entrée a été publiée dans Bouddhisme et sciences de l'Univers, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

8 361Commentaires spam bloqué jusqu'à présent parSpam Free Wordpress

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>