Jean Pierre Schneztler : De la mort à la vie

Quand A devient-il B ?

Le Canon bouddhique tient que l’être intermédiaire, la conscience de renaissance s’incarne au moment de la conception. La plupart des cas observés confirment ou ne s’opposent pas à cette conception. Toutefois d’autres possibilités semblent se rencontrer.

Déjà dans l’antiquité grecque, on discutait pour savoir si l ‘âme s’incorporait à la conception ou lors de la naissance ; pour les Druses du Liban, le décédé s’attache au nouvel être au moment de la naissance seulement.

Stevenson a observé dix cas dont les dates vérifiées « font supposer que le décédé a bien pris possession d’un corps déjà vivant. Il en a publié deux cas seulement. Celui de Chaokhun Rajuthajarn décédé un jour après la naissance de l’enfant de sa soeur à laquelle il apparut après l’accouchement et dont il se retrouva le fils. L’intérêt se renforce du fait qu’il est devenu un très respectable abbé d’un monastère thérava en Thaïlande et a autorisé la publication de son histoire bien qu’en apparence, elle contrevienne aux textes canoniques. Il existe aussi des cas où, si l’on en croit les dates, l’habitation du foetus s’est faite au cours de la grossesse à des dates variables…/

 Dans les phénomènes du type réincarnation, la nouvelle personnalité s’installe définitivement et sans concurrence, quelle que soit la période de la grossesse ou de la petite enfance où elle débute. Dans les phénomènes du type possession, qui surviennent plus tard et jusqu’à l’âge adulte, la survenue de la nouvelle personnalité est partielle ou de courte durée…./

 Il semble, si l’on en croit Stevenson, que tous les cas intermédiaires existent entre la possession typique, temporaire et partielle, et la réincarnation, complète et permanente, survenant dès la conception. De même qu’existent tous les intermédiaires quant aux dates de la vie embryonnaire ou post-natale à laquelle s’effectue l’habitation du nouveau corps…/

 Tout ceci peut paraitre fantastique à l’Occidental moyen, car même s’il accepte l’idée d’un psychisme relativement indépendant du corps, il lui attribue une fonction privilégiée, sans doute issue du concept de l’âme regardée comme irremplaçable et unique. Les conceptions orientales pluralistes sont plus à l’aise sur ce point pour rendre compte des phénomènes.

 Jean Pierre Schneztler De  la mort à la vie

Cette entrée a été publiée dans Bouddhisme Tibétain et Bardo Thodol, Mort, Réincarnation, renaissance et Karma, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

8 331Commentaires spam bloqué jusqu'à présent parSpam Free Wordpress

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>