Pourquoi être végétarien(ne)? Matthieu Ricard – Edouard Salim Michael

matthieu ricard

 

À cause de la terreur épouvantable, de la souffrance physique et de l’agonie morale que ces créatures muettes doivent inévitablement subir quand elles affrontent leur mort cruelle et précipitée entre les mains d’un humain — une agonie durant laquelle elles ne peuvent même pas donner libre cours à leur angoisse, dans leur totale impuissance à plaider auprès de ceux qui abrègent leurs vies —, il est préférable de s’abstenir totalement si c’est possible de manger la chair d’un animal, car l’abstention répétée de viande signifie qu’à la longue, un animal de moins ira à l’abattoir.

La souffrance et la détresse que ces êtres muets doivent subir quand ils sont égorgés ne peuvent jamais être faciles à supporter pour aucune créature vivante dotée d’une certaine capacité de penser, de la possi­bilité de se mouvoir et dont les veines charrient un sang rouge, lequel, étant le symbole de la passion, indique chez les animaux un degré d’intelligence plus développé et relativement plus proche de l’espèce humaine que dans le règne végétal caractérisé par une sève blanche.

De surcroît, comme ces animaux sont mis à mort froidement et le plus souvent dans de cruelles conditions, leur agonie morale n’en est que plus grande. Chaque cellule de leur corps s’imprègne des sentiments d’amer désespoir et d’angoisse qu’ils éprouvent en face de leur mort brutale et prématurée. En des circonstances aussi atroces pour elles, ces créatures infortunées deviennent intensément alertes et concentrées. La terreur, l’impuissance et le désespoir qu’elles ressentent durant ces moments affreux — sans mentionner la colère et la haine qui les habi­tent alors envers les humains qui les abattent — sont, conformément à la violence de ces instants, extrêmement puissants. Ces dernières émotions terribles qu’elles emportent avec elles en mourant infectent inévitablement leur chair et y demeurent extrêmement actifs ; et, lorsque cette chair est consommée par les gens — surtout de la manière insouciante dont généralement ils la mangent —, elle ne manque pas d’influencer défavorablement leur état intérieur et de les remplir progressivement de sentiments correspondants à ceux que ces êtres infortunés portaient en eux au moment de leur mort.

Edouard Salim Michael – La Voie de la Vigilance intérieure chap 46

Cette entrée a été publiée dans La compassion et la dévotion, La compréhension juste, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

8 331Commentaires spam bloqué jusqu'à présent parSpam Free Wordpress

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>