Elisabeth de la Trinité : Dans un éternel présent

elisabeth_trinite_ph1« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » Lorsque le Maître me fait entendre cette parole au fond de l’âme, il me semble qu’il me demande de vivre, comme le Père, dans un éternel présent, sans avant, sans après, mais tout entière en l’unité de mon être en ce maintenant éternel.

Quel est-il ce présent ? — Voici David qui me répond : « On l’adorera toujours à cause de lui-même. » Voilà le présent éternel dans lequel Laudem gloria doit être fixée.

Mais pour qu’elle soit vraie en cette attitude d’adorations pour qu’elle puisse chanter : « J’éveille l’aurore », il faut qu’elle puisse dire aussi avec saint Paul : « Pour son amour, j’ai tout perdu », c’est-à-dire à cause de Lui, pour l’adorer toujours, je me suis isolée, séparée, dépouillée de moi-même et de toutes choses, tant à l’égard du naturel que dans l’ordre surnaturel vis-à-vis des dons de Dieu, car une âme qui n’est pas ainsi détruite et délivrée d’elle-même, sera forcément, à certaines heures, banale et naturelle, ce qui n’est pas digne d’une fille de Dieu, d’une épouse du Christ, d’un temple de l’Esprit-Saint.

Pour se prémunir contre cette vie naturelle il faut que l’âme soit toute éveillée en sa foi, avec ce beau regard tendu vers le Maître; alors « elle marchera, comme chantait le Roi-prophète, en la droiture de son cœur, dans l’intérieur de sa maison2 ». Alors elle adorera toujours son Dieu à cause de lui-même et vivra à son image dans cet éternel présent où Il vit.

« Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » Dieu, dit saint Denys, est le grand Solitaire. Mon Maître me demande d’imiter cette perfection, de lui rendre hommage en étant une grande solitaire. L’Être divin vit dans une éternelle, une immense solitude; il n’en sort jamais, tout en s’intéressant aux besoins de ses créatures, car II ne sort jamais de Lui-même, et cette solitude n’est autre que sa divinité.

Pour que rien ne me sorte de ce beau silence du dedans, toujours même condition, même isolement, même séparation, même dépouillement. Si mes désirs, mes craintes, mes joies ou mes douleurs, si tous les mouvements provenant de ces quatre passions ne sont pas parfaitement ordonnés à Dieu, je ne serai pas solitaire, il y aura du bruit en moi; il faut donc l’apaisement, le sommeil des puissances, l’unité de l’être.

 Ecrits Spirituels : dernière retraite

Cette entrée a été publiée dans La compassion et la dévotion, La perception du temps et le présent éternel. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Commentaire sur Elisabeth de la Trinité : Dans un éternel présent

  1. BASSET LOUISE dit :

    O Sainte-Thérèse je voudrai tant être comme toi. Parfois, il m’arrive d’être ainsi, toute une journée ou presque, mais les malheurs quotidiens m’assaillent, comme le mal s’immisce dans le bien. Mon existence terrestre ne m’a jamais permise de me retirer dans la pureté d’un univers monacal. Sainte-Thérèse de la Trinité, Toi qui as pu vivre ta vie dans l’ »éternel présent », sache que j’ai toujours aspirée à vivre sur Terre comme tu as vécue. J’ai, moi aussi, ressentie maintes fois cette mystérieuse Energie d’Amour et de Compassion qui, dans ces moments, sait me replonger dans l’univers angélique de mon enfance et me transporter tout prés de ceux que j’ai aimé, surtout de celui que j’ai le plus aimé, pour me donner l’indicible bonheur de l’ « instant ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

8 331Commentaires spam bloqué jusqu'à présent parSpam Free Wordpress

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>