Edouard Salim Michael : trouver l’effort juste au jour le jour

Il arrive parfois (surtout au début de sa pratique spirituelle) que l’aspirant déploie beaucoup d’efforts pour demeurer vigilant pendant sa méditation ou ses divers exercices de concentration, et que ses efforts lui semblent n’aboutir à rien. Peut-être risque-t-il alors de se décourager et de sombrer dans un sentiment de défaite. Cependant, dès qu’il aura cessé de faire des efforts, quelque chose se produira mystérieusement en lui et, à sa grande surprise, il touchera des états élevés qui le dépassent. Il se sentira alors déconcerté et incapable de comprendre la raison pour laquelle il n’avait rien pu éprouver pendant qu’il était occupé à fournir ces efforts tandis que, paradoxalement, dès qu’il a cessé de les effectuer, un état supérieur, appartenant à un autre monde et qui ne dépend pas de sa volonté, l’a saisi et a inondé son être.

edouard

Comme, à ce stade de cette mystérieuse aventure dans une contrée qui lui est tout à fait inconnue, il lui manque encore une certaine expérience, peut-être ne réalisera-t-il pas suffisam­ment qu’il n’aurait rien ressenti s’il n’avait pas préalablement fourni ces durs efforts.

Par ailleurs, il se peut que, par le passé, il ait déjà connu certaines expériences élevées, peut-être sera-il tenté de vouloir les revivre de manière identique dans le présent et ne comprendra-t-il pas pourquoi, malgré ses efforts, il ne peut y parvenir.

Sans doute lui faudra-t-il passer par nombre d’échecs doulou­reux avant de réaliser qu’aspirer à retrouver ce qu’il a éprouvé par le passé le rend fermé au présent et lui barre l’accès à un autre monde en lui qu’il tente de rejoindre. Car les conditions extérieures aussi bien qu’intérieures — qui avaient contribué à ce que certaines expériences inhabituelles aient pu avoir lieu en lui — ne sont plus les mêmes à l’instant où il effectue ces nouveaux efforts. Il lui faut donc apprendre à toujours s’engager dans ses pratiques spirituelles comme s’il n’avait jamais rien connu auparavant.

Il faut que le chercheur se montre suffisamment lucide pour comprendre que, s’il ne fait aucun effort spirituel, il n’arrivera à rien ; et si, par ailleurs, il fournit des efforts intéressés et forcés, en guettant sans cesse (consciemment ou inconsciemment) un quelconque résultat, une telle attitude ne l’emmènera non plus nulle part. Il lui est nécessaire d’éviter ces deux extrêmes en trouvant l’approche intérieure juste lui permettant d’accomplir le genre d’efforts qui, bien que déterminés, ne font pas obstacle à l’action en lui d’une force supérieure qui le dépasse et à laquelle il lui faut s’abandonner tout le temps durant lequel il tente de méditer ou d’effectuer ses divers exercices de concentration dans la vie active.

Tout travail spirituel authentique exige de l’aspirant non seulement une sincérité extrême, mais aussi une sensibilité particulière face aux sortes d’efforts qu’il lui faut fournir. Ses efforts, bien que toujours fermes, doivent changer en qualité d’un moment ou d’un jour à l’autre, selon les conditions extérieures et intérieures dans lesquelles il se trouve. Certains jours, en raison d’une grande lassitude physique, d’une agitation mentale ou même des conditions climatiques, il lui faut déployer des efforts tenaces pour parvenir à dépasser les résistances qu’il rencontre en lui. Tandis qu’en d’autres occasions, il se peut qu’il se trouve plus motivé et, ainsi, mieux disposé à se donner à ses pratiques spirituelles, il lui faut alors être très prudent et attentif au genre d’efforts qu’il doit fournir et aborder sa méditation ainsi que ses divers exercices de concentration avec beaucoup plus de souplesse et de subtilité.

De toutes les façons, quelles que soient les conditions exté­rieures ou son état intérieur, il constatera, lorsqu’il possédera plus d’expérience, que ce sont le renoncement à ce qui le préoccupe et l’abandon de lui-même, qui lui sont toujours demandés et qui, si simples qu’ils puissent paraître à première vue, ne s’avèrent jamais faciles à effectuer.

Au fur et à mesure que le chercheur avancera, ses efforts devront devenir de plus en plus délicats et subtils, jusqu’à se transformer en efforts de “non-intervention.” Il doit parvenir un jour à être simplement disponible intérieurement et transparent — mais toujours sur ses gardes, afin de ne pas se trouver à nouveau piégé par son mental et par les suggestions furtives de son être infé­rieur.

Il est important pour lui de ne pas oublier que toute tension physique rend inefficace ses tentatives d’abandon de lui-même et de ce qui le préoccupe. Il doit arriver à une détente physique maximale lorsqu’il essaie de méditer ou de conserver une immo­bilité intérieure dans la mobilité extérieure.

Les Obstacles à l’Illumination et à la Libération  chap 6

Cette entrée a été publiée dans L'effort juste, La compréhension juste, La perception du temps et le présent éternel. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

8 331Commentaires spam bloqué jusqu'à présent parSpam Free Wordpress

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>