Elisabeth de la Trinité, Sainte Catherine de Sienne: Prières des grandes Mystiques Chrétiennes

O Mon Dieu, Trinité que j’adore, aidez-moi à m’oublier entièrement, pour m’établir en vous immobile et paisible comme si déjà mon âme était dans l’éternité. Que rien ne puisse troubler ma paix ni me faire sortir de vous, ô mon Immuable, mais que chaque minute m’emporte plus loin dans la profondeur de votre Mystère !

Pacifiez mon âme ; faites-en votre ciel, votre demeure aimée et le lieu de votre repos. Que je ne vous y laisse jamais seul, mais que je sois là tout entière, toute éveillée en ma foi, toute adorante, toute livrée à votre action Créatrice. (..)

Immensité où je me perds, je me livre à Vous comme une proie, ensevelissez-vous en moi pour que je m’ensevelisse en Vous, en attendant d’aller contempler en votre lumière l’abîme de vos grandeurs.

Elisabeth de la Trinité

Le chercheur doit constamment revenir à son sentiment pour le secourir et pour unir son esprit et son corps. Il lui faut continuellement porter en lui un état de respect dévotionnel comme support dans ses épreuves et ses tribulations.

Il doit toutefois être sur ses gardes et ne pas confondre le sentiment avec la “sentimentalité” ou l“émotion” qui, toutes deux, s’avèrent épuisantes et se révéleront n’être d’aucune aide pour lui apporter la tranquillité intérieure dont il a tant besoin pour ses pratiques spirituelles.

Quand l’aspirant réussit, durant ses séances de méditation ou ses autres exercices de concentration effectués dans la vie active, à être uni en lui-même, c’est-à-dire que son sentiment, son esprit et son corps se trouvent en accord pour le soutenir dans ce mystérieux travail sur lui-même, il peut lui arriver, à certains moments, de pressentir un avant-goût de ce que pourrait être un présent éternel. Et même si, au début, cette expérience qui sort de l’ordinaire ne dure que très peu de temps avant de s’évanouir, elle laissera cependant en son être une trace indélébile qui jouera un rôle capital dans tout ce qu’il entreprendra dans l’avenir.

Salim Michael  » Les fruits du chemin de L’Eveil  »

O Trinité éternelle, Vous êtes une mer profonde où, plus je cherche, plus je trouve ; et plus je trouve, plus je cherche encore.

En rassasiant l’âme, vous ne la rassasiez jamais ; elle est toujours avide, toujours affamée de Vous, ô Trinité éternelle, parce qu’elle désire voir votre lumière dans votre lumière. Comme le cerf altéré soupire après l’eau des fontaines, de même mon âme désire sortir de son obscure prison pour Vous contempler tel que vous êtes dans la plénitude de votre Etre. Votre visage sera-t-il encore longtemps caché à mes regards ?

O Trinité éternelle, feu et abîme de charité, dissipez le nuage de mon corps ; car la connaissance que vous m’avez donnée de Vous-même me remplit de votre vérité et me force à souhaiter la délivrance de mes liens terrestres ; elle me rend avide de donner cette vie pour l’honneur et la gloire de votre nom, parce que j’ai goûté et j’ai vu avec mon intelligence, dans votre lumière, l’abîme de vos grandeurs et la beauté de votre créature : l’âme. Voyant en Vous, j’ai vu que j’étais faite à votre image, puisque vous m’avez fait participer à votre puissance.

Prière de Sainte Catherine de Sienne 

Cette entrée a été publiée dans La compassion et la dévotion, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

8 331Commentaires spam bloqué jusqu'à présent parSpam Free Wordpress

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>